PNNS 2015 végane

« Demande collective adressée à l’ANSES et à la cellule du PNNS

Le Programme national nutrition santé français 2001 ne dispense aucune information pertinente en matière de nutrition végétale. L’absence d’évaluation institutionnelle ne profite à personne. Les professionnels de la santé souffrent d’un défaut de formation, tandis que les populations véganes et végétaliennes, dont l’existence est pourtant attestée en France depuis le XIXe siècle, sont livrées à elles-mêmes. Les conséquences de l’absence d’accompagnement sont supportées par les individus.

Cette demande collective soutient la publication programmée de recommandations appropriées et respectueuses, offrant une protection équivalente à celle des pays les plus avancés. »

Le processus de consultation de la société civile, engagé dès 2011 à l’initiative de la Société végane auprès de l’ANSES, a donné lieu à plusieurs auditions auxquelles ont été conviés des représentants de l’Union végétarienne internationale, de l’Association végétarienne de France et de l’APSARES. Plusieurs travaux en ont découlé :

  • Auditions des associations nationales et internationales ;
  • Programmation de nouvelles recommandations pour le PNNS 2015 : « [...] Le comité d’experts spécialisé « Nutrition humaine » a été interrogé en séance de l’opportunité et des modalités d’une évaluation des risques liés aux régimes végétarien et végétalien et des recommandations à adresser aux populations qui en font le choix. Le comité considère que cette évaluation doit être envisagée conjointement à l’établissement de recommandations à adresser à différents groupes de population » (courrier du 10/10/2011) ;
  • Publication d’un premier avis protecteur de l’ANSES : « Une attention toute particulière doit être accordée aux femmes ayant une alimentation de type végétalien ou végane (ne consommant aucun produit d’origine animale), qui doivent recevoir une complémentation en vitamine B12 pendant la période de la grossesse et de l’allaitement. » (14/03/2013) ;
  • Appels locaux, nationaux et internationaux répétés aux véganes et aux végétaliens pour participer à l’étude Nutrinet-santé.

Afin d’identifier les travaux des institutions les plus avancées dans le monde, une collection de recommandations institutionnelles étrangères a été établie par un programme européen d’éducation des adultes intitulé « Manger ensemble » :

Au-delà des cultures et des impératifs territoriaux dont sont imprégnés les travaux de chaque institution, la qualité des guides alimentaires est variable. Parmi les facteurs d’influence, les compétences linguistiques institutionnelles (les sources scientifiques sont principalement anglophones) et le niveau de compétences dont les associations locales disposent semblent prépondérants.

La majorité des pays ne disposent pas encore de recommandations pour les alimentations végétales. C’est pourquoi un processus de compilation des meilleures recommandations a été mis en place. La première version est déjà disponible en :

En attendant de meilleures recommandations institutionnelles, toute personne qui fait le choix d’une alimentation végétale peut s’y référer.

Nous contacter : e-mail

Aidons la francophonie